JONXIO vous renseigne sur l'épargne

Épargne, quelles solutions pour placer son argent ?

Article proposé par l’Association Sécurité Assurance Collective (ASAC)

L’épargne est une véritable préoccupation pour une grande partie des Français. La majorité d’entre eux épargne spontanément une partie de leurs revenus pour construire leur avenir en toute sérénité. Ces derniers placent en moyenne 14 % de leurs ressources tous les mois et près d’un quart sont prêts à placer jusqu’à 20% de leurs revenus.

Épargner oui, mais sur quel support ?

En France, il existe un éventail de solutions d’épargne très divers à privilégier selon ses projets. Il est en effet possible d’orienter son épargne vers des outils de trésorerie pour du court-terme au travers de livrets d’épargne bancaires (livret A, livret Jeune, etc.) ou sous forme de placements à long terme ; une option qui permet de réinvestir l’épargne dans le circuit économique (contrats d’assurance-vie, Plans d’épargne en actions (PEA)…).

Avant de faire son choix, il est essentiel de se poser les bonnes questions :  Quel est son objectif d’épargne ? Quelle est sa situation financière et familiale ? Quelle est la durée de l’investissement envisagé ? Quels risques est-on prêt à prendre ? C’est ainsi que l’on détermine son profil épargnant. Il est fortement recommandé de se faire accompagner dans cette démarche par un expert, qui permettra notamment de définir une stratégie d’investissement pour aider l’épargnant à atteindre ses objectifs tout en respectant sa tolérance au risque.

L’assurance-vie, le placement favori des français

L’assurance-vie est le support qui attire la majeure partie de l’épargne en France. Elle a enregistré sa meilleure année depuis près de 10 ans avec 26 milliards d’euros de collecte nette en 2019. Et malgré une baisse des rendements de l’assurance vie en euros (en moyenne 1,4% net en 2019), les épargnants continuent à plébisciter ce produit qui apparait comme la meilleure alternative au Livret A (rendement de 0,5 % en 2019).

L’assurance vie est en effet un dispositif extrêmement flexible où l’on peut placer et retirer son argent à tout moment. Elle permet de gérer son patrimoine financier à chaque étape de la vie et s’adapte facilement à ses besoins : épargner par précaution, pour les études de ses enfants, pour se constituer un capital, pour préparer sa retraite… C’est aussi un excellent outil de transmission du patrimoine car elle offre une fiscalité avantageuse en cas de décès et une grande liberté dans le choix des bénéficiaires.

Fonds en euros et unités de compte, quelles différences et comment choisir ?

Dans un contrat d’assurance vie, il existe deux principaux types de supports d’investissement : le fonds en euros et les supports en unités de compte.

Le fonds en euros

En investissant sur un fonds en euros, l’objectif est de protéger l’épargne investie. Ce support ne présente en effet aucun risque de perte en capital, quelle que soit l’évolution des marchés financiers. Au-delà de la garantie en capital, le fonds en euros produit également des intérêts. Ceux-ci sont capitalisés chaque année sur la base d’un taux minimum et d’une participation aux bénéfices réalisés par l’assureur.

Quelques rares contrats offrent la possibilité d’investir sur un fonds en euros dit cantonné. La gestion du fonds est alors totalement séparée des autres actifs de l’assureur, ainsi, l’intégralité de ses produits financiers sont distribués aux épargnants. C’est le cas notamment de l’Asac qui propose des solutions financières en faveur des intérêts financiers des épargnants.

Les unités de comptes

Contrairement au fonds en euros, les supports en unités de compte évoluent à la hausse comme à la baisse, selon les fluctuations des marchés financiers. Aucune garantie en capital n’est alors possible pour l’épargnant. Mais cette diversité offre la possibilité de dynamiser son épargne et d’espérer de plus belles performances que le fonds en euros. Avec les unités de compte, Il est possible d’investir sur les marchés financiers à travers des supports en actions, en obligations, mais également sur les marchés immobiliers, via des supports comme les SCI, SCPI ou OPCI.

Baisse des taux d’intérêt : quelles alternatives ?

Ces dernières années, le secteur de l’assurance vie fait face à un environnement mouvementé dû à la baisse des taux d’intérêt des emprunts d’Etat (le taux d’emprunt français à dix ans est passé sous zéro pour la première fois en 2019). Les fonds en euros étant composés à plus de 80% de titres obligataires (dont près de 40% d’obligations d’État), cela impacte mécaniquement leurs rendements.

Au regard de cette érosion des taux, nombreux sont les épargnants qui se tournent vers les supports en unités de compte pour diversifier leurs placements et tenter d’améliorer leur rendement. Malgré les fluctuations annuelles à la hausse ou à la baisse des marchés, le placement en actions est en effet rentable sur une longue période. Investir une partie de son capital en unités de compte est donc une bonne solution pour dynamiser la performance de son contrat d’assurance vie.

Si toutefois l’épargnant souhaite se prémunir des risques, il peut privilégier les contrats qui proposent des alternatives intéressantes au fonds en euros. Par exemple, les supports immobiliers tels que les SCPI (sociétés civiles de placement immobilier) ont rapporté 4,40 % en 2019 et devraient continuer à offrir un couple rendement-risque optimal dans les années à venir. La gamme des unités de compte des contrats ne cesse ainsi de s’enrichir au fil des années pour satisfaire les besoins des épargnants, quel que soit leur profil de risque.

Une option est également recommandée pour les investisseurs prudents, il s’agit de la gestion sous mandat (gestion pilotée ou profilée). Selon le profil de risque plus ou moins offensif de l’épargnant, l’assureur mandatera une société de gestion pour sélectionner les supports qui lui correspondent parfaitement. Les épargnants qui souhaitent garder la main sur la gestion de leur assurance vie, peuvent eux, privilégier les contrats proposant des options d’arbitrages automatiques et idéalement gratuites, notamment pour investir de façon progressive sur les marchés.

L’assurance vie reste donc un précieux outil qui offre de multiples possibilités d’investissement, et ce en dépit du recul des rendements du fonds en euros. Tout miser sur ce dernier n’étant plus une stratégie optimale pour faire fructifier son épargne, il est logique et nécessaire de s’ouvrir à la diversification pour profiter au mieux des opportunités qu’offrent les marchés financiers.

Cet article a été réalisé grâce à l’expertise de L’Association Sécurité Assurance Collective.